Accueil

Pharmacovigilance

Matériovigilance

vaccinovigilance

Formations/pédagogie

Etudes/Enquêtes

Activités de groupes

Veille biomédicale

Documentation

Votre avis nous interesse

Identifiants personnels


mot de passe oublié ?

S'inscrire

 
CNPM
Rechercher

Recommandations d’indication, d’utilisation et posologie d’administration de l’albumine humaine à 20% solution pour perfusion

A. Recommandations d’utilisation :

- L’hypothermie est un effet indésirable qui pourrait être liée à un remplissage vasculaire massif et à l’utilisation du produit frais. Il est recommandé de ce fait de :

a. Utiliser le produit qui a été au préalable réchauffé à la température ambiante :

b. Perfuser le malade selon un débit lent de 1 à 2 ml/mn.

c. L’administration du produit se fera après dilution au ½ chez le nouveau-né.

B. Posologie d’administration :

- La posologie d’administration devra être adaptée à chaque cas. Elle est dictée par les paramètres cliniques, en particulier l’âge et le poids du nouveau-né ou du nourrisson, et les paramètres hémodynamiques et biochimiques usuels. L’évaluation de ces paramètres doit être régulière.

1. Chez l’adulte, utiliser l’albumine humaine à :

a- La dose initiale de 25 g (par exemple, 500 ml de solution à 5% ou 100 ml de solution à 25 %) en cas d’hypovolémie.

b - La dose de 2 g/kg/j au maximum, en cas d’hypoprotéinemie.

2. Chez l’enfant, utiliser l’albumine humaine à :

a- La dose initiale de 1g/kg, en cas d’hypovolémie.

b - La dose de 2 g/kg/j au maximum, en cas d’hypoprotéinemie.

3. Dans la cirrhose de l’adulte et de l’enfant :

-  En cas de d’ascite tendue ou volumineuse, la posologie doit être calculée sur la base de 8 g/l de volume d’ascite évacuée.

-  En cas d’infection spontanée du liquide d’ascite, utiliser 1,5 g/kg d’albumine le jour du diagnostic de l’infection puis 1 g/kg 3 jours plus tard.

4. La posologie est habituellement de 1 à 2 g/kg dans :

-  La prévention de l’ictère nucléaire du nouveau-né,

-  L’hypoalbuminémie profonde et symptomatique chez le nouveau-né et le nourrisson.

-  Les troubles hémodynamiques du nouveau-né en cas d’hypovolémie non corrigée par le remplissage aux cristalloïdes.

C. Recommandations d’indication de l’albumine humaine à 20 % solution pour perfusion :

- Les indications générales de l’albumine humaine à usage thérapeutique sont les suivantes :

a. Dans le cas des hypoprotidémies, les indications de l’albumine sont limitées aux pertes massives et prolongées associées à un défaut de synthèse.

b. Dans le cadre de remplissage vasculaire, il n’y a pas d’arguments cliniques privilégiant l’albumine par rapport aux autres solutés (cristalloïdes, colloïdes de synthèse à type de d’extrants, gélatines, hydroxyéthylamidons « HEA »).

c. Dans les autres cas, l’albumine peut être utilisée lorsqu’il y a contre-indication ou échec aux autres alternatives thérapeutiques.

Les indications spécifiques de l’albumine humaine à 20% solution pour perfusion :

a. Dans le cas du remplissage vasculaire en présence d’un syndrome œdémateux majeur chez l’adulte et l’enfant, associé à une hypoalbuminémie profonde, notamment dans les situations suivantes : • Chez les patients de réanimation, en dehors de la phase initiale de remplissage, • Au cours de la réaction du greffon contre l’hôte.

b. Dans la cirrhose de l’adulte et de l’enfant dans les situations suivantes :

• Ascite volumineuse et / ou infection spontanée du liquide d’ascite, • En péri-opératoire de transplantation hépatique.

c. Au cours d’un remplissage vasculaire chez la femme enceinte en situation de pré-éclampsie, en présence d’une fuite protéique importante, démontrée par une hypoprotidémies.

d. Dans le cas des brûlés, l’albumine ne se justifie qu’au delà des huit premières heures après la brûlure, et seulement chez les brûlés les plus graves (plus de 30 % de la surface corporelle atteinte et/ou avec une albuminémie inferieure à 20 g/l).

e. Dans le cas des Maladies congénitales de la bilirubine : hyperbilirubinémies libres menaçantes, notamment la maladie de Crigler-Najjar.

CNPM, Janvier 2013