Alertes

L’hydroxyzine est  commercialisé dans le traitement des troubles anxieux, le soulagement du prurit, la prémédication avant une intervention chirurgicale et le traitement des troubles du sommeil (1).

Le risque d’allongement de l’intervalle QT est bien connu avec les spécialités à base d’hydroxyzine qui sont déjà contre-indiquées chez les patients présentant un allongement acquis ou congénital de l’intervalle QT (1,2).

Les facteurs de risque  de survenue d’un allongement de l’intervalle QT  suite à l’utilisation                   de l’hydroxyzine sont (2,3) :

  • La pathologie cardiovasculaire ;
  • Les antécédents familiaux de mort subite d’origine cardiaque ;
  • Les troubles électrolytiques significatifs comme une hypokaliémie ou une hypomagnésémie ;
  • La bradycardie significative et traitement concomitant par un médicament connu pour allonger l’intervalle QT et/ou susceptibles d’induire des torsades de pointes.

De nouvelles restrictions pour minimiser le risque connu d’allongement de l’intervalle QT avec les spécialités à base d’hydroxyzine  ont été mises en place à savoir (3):

1/ La dose maximale journalière est de :

  • 100 mg /jour chez l’adulte et chez l’enfant de plus de 40 kg,
  • 2 mg / kg / jour chez l’enfant jusqu’à 40 kg.

2/ Le traitement par l’hydroxyzine doit être pris à la dose minimale efficace et pendant la durée de traitement la plus courte possible.

3/ L’hydroxyzine n’est pas recommandée chez les sujets âgés : si toutefois une prescription s’avère nécessaire, la dose maximale journalière doit être de 50 mg/j.

4/ L’hydroxyzine est contre-indiquée chez les patients présentant un allongement acquis ou congénital connu de l’intervalle QT  et chez les patients présentant un facteur de risque connu d’allongement de l’intervalle QT.

5/ L’utilisation de l’hydroxyzine avec des médicaments susceptibles d’induire une bradycardie ou une hypokaliémie doit faire l’objet d’une précaution d’emploi. 

En pratique, le respect des mesures de minimisation des risques cardiaques connus liés aux médicaments contenant l’hydroxyzine est primordial pour éviter les effets indésirables évitables.

Bibliographie :

1-  ʺLe PRAC recommande des nouvelles mesures pour minimiser les risques cardiaques connus liés aux médicaments contenant l’hydroxysineʺ. https://www.ema.europa.eu/en/news/prac-recommends-new-measures-minimise-known-heart-risks-hydroxyzine-containing-medicines: 01 page. Consulté le 30/07/2019.

2- Hydroxyzine (Atarax et génériques) : nouvelles restrictions d'utilisation pour minimiser le risque d'allongement [QT] - Point d'Informationʺ. www.ansm.santé.fr: 02 pages. Consulté le 30/07/2019.

3-ʺRéévaluation des médicaments à base d’hydroxyzine et des médicaments à base de codéine utilisés chez l’enfant, retour d’information sur le PRAC de février 2015 - Point d'informationʺ. www.ansm.santé.fr: 02 pages. Consulté le 30/07/2019.

 

Dernière mise à jour : Août 2019

Le paracétamol, médicament le plus couramment prescrit et utilisé comme antalgique  ou antipyrétique  chez les adultes et les enfants. Il est présent dans de nombreux médicaments, seul ou associé à d’autres substances actives (1,2).

Le paracétamol peut en effet être la cause de graves lésions hépatiques parfois  irréversibles survenant le plus souvent en cas de surdosage par le non respect de la posologie ou en l’associant avec plusieurs produits contenant du paracétamol. Néanmoins, l’hépatotoxicité à doses thérapeutiques peut survenir chez le jeune, dans le cas de la malnutrition ; la consommation d’alcool chronique ou excessive et certaines variabilités interindividuelles et interethniques (1).

La mauvaise utilisation du paracétamol expose à des atteintes hépatiques aiguës graves conduisant parfois à une greffe hépatique. En France, une étude a montré que le paracétamol est le médicament le plus impliqué dans les greffes hépatiques d’origine médicamenteuse (3).

 En cas d’intoxication massive et volontaire, des nausées et des vomissements apparaissent dans les 12 heures suivant l’ingestion. Deux à trois jours après, les enzymes hépatiques augmentent de même que la bilirubine et des troubles de la coagulation apparaissent. Dans les cas les plus sévères, des saignements importants, un coma puis le décès peuvent survenir (4).

Une étude écossaise  réalisée chez 663 patients hospitalisés entre 1992 et 2008 dans une unité de transplantation hépatique, pour hépatotoxicité sévère liée au paracétamol. 74 % de ces patients avaient ingéré une seule dose massive de paracétamol (dans 98 % des cas dans un but de suicide) alors que 26 % des patients étaient  en situation de surdosages répétés mais modérés (dont 34 % d’entre eux dans un but suicidaire). Environ 83 % des patients en surdosages modérés mais répétés de paracétamol prenaient ce médicament pour soulager leurs douleurs. Ces surdosages semblent survenir lors d’une automédication pour  une douleur, favorisée par la prise d’autres antalgiques associant paracétamol et antalgiques opioïdes faibles (codéine, dextropropoxyphène, tramadol) (4).

Les auteurs ont constaté que ces surdosages réguliers, même modérés, c'est-à-dire juste au-dessus de 4 g par jour de paracétamol, étaient d’autant plus dangereux que les personnes étaient âgées, éthyliques, dénutries. Les auteurs concluent même que ces surdosages modérés itératifs sont plus dangereux qu’une prise massive unique (4).

A priori, dans des conditions normales d’utilisation chez des patients n’ayant pas de pathologie hépatique sous jacente, l’hépatotoxicité du paracétamol est tout à fait exceptionnelle (4).

Le respect  des recommandations de bon usage  est primordial pour éviter l’hépatotoxicité  à savoir (1,2): 

-Utiliser la dose la plus faible, le moins longtemps possible.

-Respecter la dose maximale quotidienne (4g/j) et la durée de traitement recommandée ;

-Vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments ;

-A éviter  chez les patients à risques : insuffisance hépatique légère à modérée, insuffisance rénale sévère, alcoolisme chronique, moins de 50 kg, etc.

Un message d’alerte  sur les boites du paracétamol est important  pour  réduire le risque de surdosage et donc d’atteinte hépatique (1,3).

En pratique,  l’information des patients du risque de toxicité hépatique  suite à l’utilisation du paracétamol  et  la diffusion des mesures de la bonne utilisation sont  primordiales afin   d’éviter  les effets indésirables évitables.

Bibliographie :

1- ʺParacétamol et risque pour le foie : un message d’alerte ajouté sur les boîtes de médicamentʺ.www.ansm.santé.fr : 02 pages. Consulté le 22/07/2019.

2- ʺParacétamol : des risques trop peu connus des patientsʺ Rev Prescrire 2019 ; 39 (427) : 382-383.

3-ʺRéponse Prescrire consultation ANSM-Mention d’alerte sur les boites du paracétamolʺ. https://www.prescrire.org/Docu/DOCSEUROPE/20180928_PrescrireReponseConsultationMentionDangerSurdoseParacetamol.pdf: 09 pages. Consulté le 22/07/2019.

4-ʺLe paracétamol est-il vraiment peu efficace et dangereux?ʺ. https://www.sfetd-douleur.org/sites/default/files/u3349/DossierdumoisSFETD/2015/dossierdumois150415leparacetamolest-ildangereuxvd.pdf: 10 pages. Consulté le 21/07/2019.

Dernière mise à jour : Août 2019

Le nifuroxazide (Ercefuryl et ses génériques), un antiseptique intestinal indiqué dans le traitement de la diarrhée aiguë présumée d'origine bactérienne en l'absence de suspicion de phénomènes invasifs (altération de l'état général, fièvre, signes toxi-infectieux...).

Le nifuroxazide a fait l’objet d’un mésusage important et des effets indésirables graves ont été recensés, notamment des effets d’ordre :

  • Immuno-allergique : des réactions d’hypersensibilité immédiate (choc anaphylactique, œdème de Quincke), survenant notamment chez l’enfant et susceptibles de mettre en jeu le pronostic vital.
  • Photosensibilité (soleil, rayon UV) et autres atteintes cutanées.
  • Effets indésirables hématologiques : diminution du nombre de plaquettes, de globules rouges, et globules blancs.

En raison des risques liés au nifuroxazide, essentiellement d’ordre immuno-allergique, et d’un mésusage important, cet anti-infectieux intestinal est désormais délivré uniquement sur prescription médicale, et  ne plus être utilisé chez l’enfant et l’adolescent de moins de 18 ans.

Des recommandations ont été émises à tous les laboratoires fabriquants  à savoir:

  • La mise à jour du Résumé des Caractéristiques du Produit et la notice
  • L’étiquetage des spécialités concernées à savoir une étiquette devra être apposée sur les boites afin d’avertir les professionnels de santé et les patients de la mise en place de ces nouvelles mesures.
  • Rajouter la contre indication chez l’enfant et l’adolescent de moins de 18 ans.

Il est important de rappeler que,  dans la majorité des cas, les diarrhées guérissent sans traitement médicamenteux. La prise en charge chez le petit enfant repose essentiellement sur l’administration de solutés de réhydratation orale.

 

Dernière mise à jour : Août 2019

La dompéridone est indiquée pour le traitement des  nausées et des vomissements uniquement chez les adultes et les enfants de plus de 12 ans et pesant  plus de 35 kg,  dans les cas de gastro-entérite, infections virales, etc. La   balance  bénéfices-risques est  défavorable chez les enfants (1).

L’autorisation de mise sur le marché  (AMM)  de  la dompéridone a été retirée chez l’adulte et chez l’enfant pour  les indications  suivantes (2):

 - Le reflux gastro-œsophagien ;

  -La gastroparésie ;

  - La dyspepsie ;

  -Les nausées et les vomissements induits par radiothérapie, chimiothérapie ou agoniste dopaminergique ;

  -La stimulation de la montée laiteuse.

Compte tenu du risque d’effets indésirables cardiaques graves notamment l’allongement de l'intervalle QT, les torsades de pointes,  les arythmies ventriculaires graves et la mort subite d’origine cardiaque et des troubles neurologiques (1,2). La prescription de la dompéridone n’est envisagée que  dans le cas de vomissements ayant à court terme des complications graves ou très gênantes (2).

Afin de réduire les risques d'effets indésirables cardiaques graves, des recommandations du bon usage de la dompéridone ont été émises à savoir :

1-La dose est limitée à 10 mg jusqu'à 3 fois par jour, avec une dose maximale de 30 mg par jour chez les adultes et les enfants de plus de 12 ans et pesant  plus de 35 kg (1).

2-La durée de traitement doit être la plus courte possible : elle ne doit  pas dépasser  une  semaine (1).

3-L’ administration de la dompéridone est  contre indiquée dans le cas de :

-L’insuffisance hépatique  modérée à sévère (1).

-L’allongement connu des intervalles de conduction cardiaque, notamment de l’intervalle QT, troubles électrolytiques importants ou maladies cardiaques sous-jacentes telles qu’une insuffisance cardiaque congestive (1) ;

-La prise concomitante des inhibiteurs puissants du CYP3A4 et des médicaments prolongeant l'intervalle QT (1).

En pratique, le respect des mesures de minimisation  des risques cardiaques liés à la prescription des médicaments à base de dompéridone est indispensable afin d’éviter les effets indésirables évitables.

 

Bibliographie :

1) ʺLa dompéridone (Motilium et génériques) ne doit plus être utilisée chez l’enfant de moins de 12 ans - Point d'informationʺ.www.ansm.santé.fr. 02pages. Consulté le 07/07/2019.

2) ʺMédicaments antiémétiques dans le traitement symptomatique des nausées et vomissementsʺ. https://www.has-sante.fr/jcms/c_2966830/fr/medicaments-antiemetiques-dans-le-traitement-symptomatique-des-nausees-et-vomissements. 05 pages. Consulté le 07/007/2019

 

Dernière mise à jour : Juillet 2019

Renforcement des conditions de prescription et de délivrance des spécialités à base de valproate et dérivés (Dépakine®) chez les  enfants et adolescents de sexe féminins et des femmes en âge de procréer.  

Conformément aux recommandations du résumé des caractéristiques des spécialités à base d’Acide Valproïque, son utilisation est déconseillée tout au long de la grossesse et chez les femmes en âge de procréer sans contraception efficace, ainsi que chez l’enfant.

De nombreuses études de suivi de grossesse de femmes épileptiques ont montré que l’acide valproique (AV) est plus tératogène que d’autres antiépileptiques.

Le risque de malformations est d’autant plus important que la posologie est élevée s’agissant d’un effet indésirable dose dépendant. Les malformations causées par l’AV sont des anomalies de fermeture du tube neural, des anomalies urogénitales, craniofaciales, et digitales ainsi que des anomalies cardiaques et des membres.

Les résultats de plusieurs études convergent pour montrer qu’une exposition in utéro à l’AV peut entrainer des:

  • Effets sur le développement psychomoteur dans l’enfance: déficit du quotient intellectuel, retard de développement.
  • Difficultés d’adaptation comportementale des enfants, des symptômes autistiques et des syndromes d’Asperger.
  • Altération du développement cognitif.

Néanmoins, si une grossesse est envisagée, réévaluer avec la patiente le choix de l’acide Valproïque compte tenu des risques de malformations et de troubles du développement. Si l’AV est maintenu, il est souhaitable de privilégier la dose journalière minimale efficace et d’instaurer une supplémentation en acide folique avant toute grossesse, et pendant le premier trimestre de grossesse, afin de réduire les risques.

 

Les laboratoires Sanofi-Aventis Algérie ont mis  en place un matériel éducationnel pour les professionnels de santé et pour les patientes. Consultables par les liens suivants :

Guide à destination des professionnels de santé [PDF – 8,19 MO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.

Formulaire d’accord de soins destiné aux jeunes filles et aux femmes en âge d’avoir des enfants traitées par les spécialités à base de valproate (En Français) [PDF – 4,45 MO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.

Formulaire d’accord de soins destiné aux jeunes filles et aux femmes en âge d’avoir des enfants traitées par les spécialités à base de valproate (En Arabe) [PDF – 780 KO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.


Lettre aux professionnels de santé (contre indication pendant la grossesse « sauf situation exceptionnelles » et programme de prévention des grossesses) [PDF – 1,39 MO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.


Carte patiente (En Français) [PDF – 848 KO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.


Carte patiente (Valproate : grossesse et contraception : ce que vous devez retentir) (En Arabe) [PDF – 729 KO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.

Brochure patientes (Valproate, contraception et grossesse : ce que vous devez savoir) (En Français) [PDF – 846 KO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.

Brochure patientes (En Arabe) [PDF – 824 KO]
Il requière Adobe Acrobat Reader pour accéder à ce fichier.

 

Dernière mise à jour : Juillet 2019

Localisation du CNPM

Photo du centre

Rejoignez nous

Contacter nous

CNPM, Sis Route Petit Staoueli (NIPA) Dely Ibrahim Alger, Tel / Fax : 00213 23 36 75 02 / 00213 23 36 75 27 / 00213 23 36 75 29
Mail : cnpm@cnpm.org.dz